Silver Talon
Decadence And Decay
Genre Dark Power Metal
Pays États-Unis
Label M-Theory Audio
Date de sortie 28/05/2021

Site Internet

Silver Talon est une formation originaire de Portland, dans l’Oregon, qui a vu le jour en 2017 sur les cendres du groupe Spellcaster. En 2018, le groupe sort une démo deux titres et quelques mois plus tard, son premier EP, Becoming A Demon, qui comprend entre autres, des réenregistrements de ces premières démos. Cet EP rencontrera un franc succès tant pour les mélomanes que pour la presse spécialisée, et leur premier album est très attendu par la communauté Metal. Un invité de prestige accepta l’invitation sur une des chansons : Jeff Loomis, guitariste du groupe Nevermore et qui a également fait un bref passage au sein d’Arch Enemy pour un album en 2017.

La particularité de Silver Talon est le fait qu’il y ait trois guitaristes au sein du groupe ce qui rend leurs mélodies plus intenses. Leur univers musical est ce que l’ont peut appeler du Dark Power Metal, je m’explique : un Heavy/Power traditionnel avec un côté plus sombre, une ambiance générale plus occulte qui peut se rapprocher de genres comme le Black ou le Death mais sans les caractéristiques vocales de ceux-ci. Le chant est ici aigu et épique comme dans le Heavy ou le Power. Au niveau des paroles, c’est plus centré vers Satan, les rites, la mort, etc, alors que dans le Heavy/Power, c’est plutôt le côté “fantasy” qui est mis en avant.

Decadence And Decay comporte huit pièces originales et deux singles ont déjà vu le jour : Deceiver I am, le 3 décembre dernier et As The World Burns il y a quelques semaines. La pochette de l’album a été réalisée par Gerald Brom, mythique artiste dans le monde du fantasy/geek et du jeux vidéo puisqu’il a déjà travaillé pour Doom, Diablo, Magic :The Gathering ou encore World Of Warcraft.

Un invité prestigieux a aussi accepté l’invitation sur le morceau Resistance 2029, le guitariste suédois Andy La Rocque, un des membres fondateurs de King Diamond et qui a également enregistré un album avec Death.

La production de cet opus est parfaite : les trois guitares sont subtilement équilibrées, la double pédale est présente sans étouffer le tout. Le chant de Wyatt Howell est sublime, à l’instar de formations mythiques comme Helloween ou encore Blind Guardian. Oui vous l’aurez compris, il y a des influences de Power allemand là-dedans ! Il est capable de pousser des envolées épiques très aiguës sans jamais en écœurer l’auditeur et ça c’est une belle prouesse ! La basse est technique et joue parfaitement son rôle dans la section rythmique avec la batterie. Les solos de guitares sont ingénieux et addictifs, surtout celui de la pièce Deceiver, I am ! Les compositions sont mélodiques, puissantes et la créativité de chaque pièce est novatrice et il n’y a aucunement de réchauffé ou de déjà entendu là-dedans. J’aime beaucoup quand le groupe s’aventure dans des territoires plus prog, surtout sur la deuxième partie du disque.

Si j’avais à choisir quatre titres sur cet album :

  • Deceiver, I am
  • Next To The Sun : coup de cœur pour la guitare classique espagnole et le côté progressif de la pièce !
  • Divine Fury : fucking epic ! Ça part dans tous les sens ! On sent l’influence Power scandinave ici. (Stratovarius)
  • Kill All Kings : toujours les sonorités à la Strato’ qui font tellement plaisir ! Le solo de guitare est monstrueux !

Cette galette est jouissive au possible pour tout fan de Power/Heavy avec des compositions terriblement efficaces. Il n’y a pas grand chose à jeter sauf peut être parfois l’impression qu’ils tournent en rond sur certains morceaux et que, par moment, cela peut ressembler à une jam interminable.

Decadence And Decay sera disponible à partir du 28 mai en format cassette, CD et vinyle en édition limité chez tout bon disquaire ou via le site officiel du groupe.