avec Shai Yallin (claviers) Vidi Dolev (chant) et Jonhathan Amar (batterie)

Bonjour Subterranean Masquerade ! J’espère que vous allez bien ?

Salut Guillaume et salut à tous les lecteurs de Metal Alliance, nous espérons que vous allez tous bien et en bonne santé, Nous nous sentons très bien, beaucoup de travail pour la sortie de Mountain Fever, nous sommes vraiment excités par celui-ci 🙂

J’ai pu vous voir à diverses occasions en Suisse (Pratteln, Zug, St-Maurice) et aussi en France (Lyon). Ce qui est le plus impressionnant avec vous les gars, c’est la façon dont vous êtes communicatifs. Vous êtes un groupe joyeux et Vidi a des compétences acrobatiques impressionnantes ! Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans la vie de tournée et quelle a été la meilleure date jusqu’à présent ?

Vidi : Merci ! Nous sommes vraiment joyeux sur scène, tout d’abord parce que nous sommes très reconnaissants de pouvoir faire ce que nous faisons. Ensuite, nous voulons donner aux gens une pause dans leur vie quotidienne et cela nous rend heureux de voir le public impliqué, heureux et excité. Nous voulons servir d’échappatoire aux gens qui regardent le spectacle et plus que tout, nous voulons qu’ils aient le sentiment de faire partie du groupe – sans vous, il n’y a pas de spectacle. Nous essayons de créer pendant le peu de temps que nous passons sur scène, un sentiment de communauté, et de créer de bons souvenirs avec tous ceux que nous rencontrons.

Quant à la meilleure date, c’est assez difficile à choisir. Nous acceptons que partout où nous allons, le public est différent et pour nous, un grand spectacle est celui où nous parvenons à puiser dans l’esprit du public devant lequel nous jouons. Donc chaque soir, le spectacle peut être très différent. Partout où nous sommes allés jusqu’à présent, les gens ont été très amicaux et la plupart du temps, la musique a été très bien reçue. Nous sommes très curieux de savoir où nous pouvons aller avec les nouvelles chansons en termes d’implication du public. Nous voulons que les gens s’envolent avec nous.

Jonathan : Ce que j’aime le plus, c’est le contraste entre la scène et le hors-scène. Hors-scène, c’est une journée normale. Vous passez du temps avec vos amis, vous faites le travail qui doit être fait, vous passez du bon temps. Mais lorsque vous montez sur scène, vous vous sentez important. Vous voulez donner au public ce moment qui fait disparaître de votre mémoire toutes les difficultés de la journée. C’est un sentiment euphorique qui ne fonctionne que lorsque vous avez ces visages souriants dans la foule avec qui vous pouvez le partager. C’est unique et différent de tout ce que j’ai jamais ressenti.

Votre premier album a plus de 16 ans et la composition du groupe a changé au fil des ans. Pouvez-vous nous dire comment votre musique a évolué au cours de ces presque deux décennies ?

Shai L’EP et l’album que nous avons sorti en 2004-5 étaient des projets de studio écrits et produits par Tomer, notre compositeur et guitariste, sans une équipe stable. Après la sortie de l’album Suspended Animation Dreams en 2005, Tomer a mis le groupe en pause pendant 7 ans. Ce n’est qu’en 2012 qu’il a recommencé à faire de la musique sous le nom de Subterranean Masquerade, et cette fois il a commencé à rassembler un groupe stable de musiciens qui sont restés avec lui ; d’abord avec Or Shalev et Matan Shmuely pour l’EP Home, puis avec Golan Farhi à la basse et moi aux claviers pour The Great Bazaar. Ces musiciens ont chacun apporté leur propre style de jeu et de production, et quand je les ai rejoints, j’ai commencé à écrire des arrangements de cordes (et plus tard de cuivres/vents), et j’ai ajouté mon propre style de claviers orientés prog-rock, ce qui a rendu The Great Bazaar beaucoup plus chargé en claviers que les précédents albums. Plus récemment, Vidi m’a rejoint au chant, apportant son style vocal aux multiples facettes et sa folie.

En même temps, nous avons tous mûri en tant que musiciens, nous avons acquis de nouvelles influences et de l’expérience dans l’écriture et la production de chansons, et nous avons commencé à les intégrer dans notre nouvelle musique. Si vous comparez Mountain Fever à Suspended Animation Dreams, vous pouvez trouver des similitudes fondamentales dans la structure harmonique des chansons et les influences moyen-orientales, mais en même temps, il est clair que l’écriture est plus concentrée. Les chansons sont généralement plus courtes et certaines d’entre elles sont arrangées plus comme des chansons pop en termes de structure et d’accroches.

Vidi et Jonathan, vous faites partie du groupe depuis 2018, donc les membres les plus récents. Comment vous êtes-vous intégrés aux membres existants et avez-vous eu des difficultés à vous approprier les anciennes chansons à interpréter sur scène ? Quelle est votre chanson préférée de Subterranean Masquerade ?

Vidi Je ne dirais pas que c’était difficile mais je dirais définitivement que c’était un défi. Je marchais dans des pas de géants, remplaçant à la fois Paul Kuhr (Novembers Doom) et Kjetle Nordhus (Tristania, Green Carnation), des gars dont j’écoutais les disques à la maison quand j’étais adolescent. Kjetle a une approche très élégante, je le perçois comme un gars du genre moins c’est plus et son interprétation est très unique à mon avis. Il y a un certain calme dans son travail que j’admire parce que je suis très différent dans ma nature vocale bipolaire, je peux être très chaotique et rester longtemps au même endroit est un défi pour moi, donc quand j’ai commencé à travailler avec les gars, ils savaient vraiment ce qu’ils recherchaient.

Tomer et Shai ont su m’orienter vers les lois physiques de l’univers de Subterranean Masquerade et comment les voix se comportent dans cet univers. J’ai donc appris avec eux le minimalisme, ce qui était nouveau pour moi, mais en même temps, ils m’ont donné la liberté de me déchaîner et de trouver mon propre son dans le groupe. Je pense que nous nous sommes très bien entendus dès le début, surtout avec notre désir mutuel d’être très physiques sur scène. Il y a beaucoup de place pour essayer de nouvelles choses, ce que j’adore. Mon morceau préféré dans le catalogue du groupe est Kippur de Vagabond, il commence de manière sinistre et se termine par une rave.

Jonathan : Je dirais que mon intégration dans le groupe a été une expérience d’apprentissage, et une très bonne expérience. J’avais l’habitude de jouer du death metal plus technique avant Subterranean, donc c’était un changement de style majeur pour moi. Ça a commencé par l’écoute des enregistrements bien sûr, mais je voulais comprendre davantage. J’ai pris le temps d’écouter attentivement les enregistrements originaux de Matan Shmuely et de comprendre comment l’intention des parties se rencontrait avec sa créativité. En essayant de les respecter, j’ai essayé de les intégrer avec mon propre style et son.

C’était un vrai défi car les chansons elles-mêmes ont beaucoup de caractère et la batterie peut jouer un grand rôle dans ce domaine. J’essaie donc de m’assurer que l’émotion que chaque partie de chaque chanson transmet est conservée et le fait de connaître le cadre dans lequel je dois travailler pour cela m’aide beaucoup, car lorsque je comprends l’intention, je joue avec elle et ce qui arrive arrive, en espérant que ce soit bien. Ma chanson préférée n’est pas encore sortie (pas pour longtemps cependant !!), je dois dire que ma deuxième préférée est A Place for Fairytales.

Parlons de votre prochain album. Quel est le concept qui le sous-tend et quels sont les principaux thèmes que vous allez aborder ? Aura-t-il un lien avec vos précédents albums ?

Vidi : Le concept de Mountain Fever est de travailler dans deux directions, l’une très corporelle et la seconde, d’une dimension non incarnée. La fièvre est une fièvre émotionnelle, parfois spirituelle. Le système de symboles lyriques de l’album est basé sur l’exil et ses conséquences, l’exil pouvant être à la fois géographique et spirituel.

Nos albums précédents étaient tous sur le thème du voyage, plutôt choisi (Tomer a écrit ces albums en Inde et aux USA). Je voulais traiter de thèmes similaires, mais sous l’angle de ce qui arrive à un voyageur qui rentre chez lui, forcé de rester au même endroit, et de la nouvelle perspective qu’il a de son lieu de naissance après y être retourné, ou du traumatisme porté par son histoire.

J’essayais de trouver la raison profonde pour laquelle je dois me déplacer autant, comme si j’étais dépendant d’aspirer à quelque chose de loin de moi, ou pire, pour être exactement là où je veux être et continuer à aspirer à quelque chose d’inconnu.

C’est un album personnel. J’avais d’abord en tête mes grands-parents et l’histoire de ma famille comme influence de fond. D’autre part, j’avais en tête l’idée de Kissufim qui est un état continu de désir et de nostalgie, décrit par le mysticisme juif. Ceci étant dit, ce n’est pas un album conceptuel en termes de début et de fin d’histoire. C’est un instantané d’un certain état psychologique dans lequel je me trouvais lorsque j’explorais les thèmes du groupe de manière intime et je suis très honoré que les gars m’aient fait confiance pour les paroles.

La musique a été écrite sur les hauteurs du Golan, une région très rocheuse anciennement volcanique à la frontière israélo-syrienne. Ces montagnes, ainsi que le mont Carmel où j’ai écrit les paroles, sont le cadre dans lequel les idées de l’album ont émergé, d’où Mountain Fever. Je pense que nous avons réussi à créer une expérience très colorée et vivante et nous espérons vraiment que les gens seront émotionnellement élevés en écoutant les nouvelles chansons.

Vous avez sorti l’année dernière The Pros & Cons of Social Isolation. Comme nous sommes toujours dans la crise du COVID, cela a-t-il affecté votre processus de création et d’enregistrement ? L’album contiendra-t-il des influences de cette situation ?

Vidi : La seule chose affectée par la crise du COVID a été la date de sortie de Mountain Fever. L’album était dans un statut ready set go depuis plus d’un an. Nous avons fini de le mixer fin 2019 et nous espérions le sortir et partir en tournée début 2020, mais comme vous connaissez tous l’histoire, le COVID avait d’autres plans pour nous. Non seulement nous avons eu une tournée annulée avant même qu’il ne soit publié, mais nous avons été en confinement et en auto-isolation, donc la plupart du temps le groupe ne pouvait pas répéter. Nous avons alors trouvé l’idée d’un projet de confinement réimaginé “maison” qui est The Pros & Cons of Social Isolation. Nous voulions surtout rester en contact les uns avec les autres.

Dieu merci, Mountain Fever n’a rien à voir avec 2020 ni avec le COVID. Même si nous avons dû attendre très longtemps, je pense que nous avons tous le sentiment que le moment de le sortir est le bon. Nous sommes tous pleins d’espoir et très reconnaissants d’avoir un public aussi patient et ouvert d’esprit.

Les gars d’Orphaned Land ont travaillé sur les dernières sorties de Subterranean Masquerade. Quels sont vos liens avec eux et travaillent-ils encore avec vous sur Mountain Fever ?

Matan Shmuely s’occupe de la batterie sur Mountain Fever, comme il l’a fait sur nos précédentes sorties. C’est un de nos amis depuis longtemps. Il a joué sur toutes les sorties studio depuis l’EP Home de 2013 sauf pour The Pros and Cons of Social Isolation, qui n’est pas exactement une sortie studio, et où la batterie est jouée par Jonathan Amar, membre de notre propre groupe. Idan Amsalem joue du Oud, du Bouzouki et un solo de guitare électrique sur Mangata.

Nos liens avec Orphaned Land remontent à 25 ans, lorsque Tomer a travaillé avec Kobi Farhi dans une entreprise locale de distribution de CD. Kobi a également contribué au chant sur Suspended Animation Dreams, et sur The Great Bazaar, où il chante aux côtés de Kjetil Nordhus et Paul Kuhr.

Vidi : Il y a une grande amitié entre les groupes. Nous avons fait deux tournées européennes complètes ensemble, ainsi que quelques concerts en Israël. Nous les aimons beaucoup et c’est un plaisir de les avoir comme amis.

Subterranean Masquerade n’est pas un groupe typique guitare-basse-batterie-voix. Vous avez déjà intégré des instruments peu communs comme le bousouki dans le passé. Allez-vous ajouter d’autres surprises de ce genre à votre mélange ?

Shai : Chaque album introduit des influences plus éclectiques dans le mélange. Pour Mountain Fever, il s’agit notamment d’un quatuor à cordes et d’instruments à cordes pincées orientaux (que nous utilisions auparavant), ainsi que des cors d’harmonie et des trompettes, de synthétiseurs analogiques et même de chants gutturaux mongols dans l’une des chansons.

Vidi : Je pense que les harmonies vocales jouent un plus grand rôle sur cet album que sur les précédents. Nous avons également introduit des sections de cuivres africains qui sont très dominants sur l’album et nous avons même un chœur gospel dans l’une de nos chansons les plus lourdes. Tout est devenu plus grand.

La pochette du single Ascend représente un feu avec de la fumée et ce qui semble être des écritures (saintes ?) qui volent autour. Elle est également plus sombre que les précédentes. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur sa signification ?

Vidi : Dans le mur des Lamentations à Jérusalem, il y a une tradition qui consiste à écrire ses souhaits sur une note et de la coller entre les fissures du mur. Ce sont les ruines de l’endroit le plus proche du temple juif, donc on pense que ces prières montent assez vite dans les cieux. C’est ce qui a inspiré l’illustration réalisée par Costin Chireanu.

La chanson parle de désirs sombres, des bonnes choses qui vous font sentir mal et des mauvaises choses qui vous font sentir mieux, de la controverse d’espérer quelque chose qui est finalement mauvais pour vous. Musicalement, c’est une prière provenant d’une très grande angoisse. Elle a beaucoup d’influences hassidiques, mais je pense qu’elle explore surtout le désir ardent pour la composante charnelle de l’existence et ce que cela fait à votre psyché. Nous voulions que la chanson soit édifiante et élevante tout en abordant des sujets obscurs comme l’autodestruction en tant qu’expérience métaphysique. Pour faire plus court – c’est une super chanson de fête.

Que diriez-vous du groupe à quelqu’un qui ne vous connaît pas du tout ?

Shai : Vous seriez surpris de voir à quel point notre musique est accessible, pour un groupe de Progessive-Oriental-Psychedelic-Death-Metal nommé Subterranean Masquerade ;).

Merci pour cette interview et à très bientôt, j’espère, sur scène !

Merci pour la tribune, nous te souhaitons à toi et à tous les lecteurs de Metal Alliance santé et sécurité, puissions-nous nous rencontrer en live, heureux et en sécurité, dès que possible.