Immense
Torture Banished
Genre Brutal Death Metal
Pays Indonésie
Label Brutal Mind
Date de sortie 23/01/2021

Site Internet

C’est la deuxième fois consécutive qu’on se rend en Indonésie, mais cette fois à Jakarta pour prendre connaissance de Torture Banished, le nouvel album du groupe Immense, sorti le 23 janvier chez Brutal Mind. Formé en 2010 dans la capitale Indonésienne, le groupe nous propose un Brutal Death Metal qui ne fait pas dans la dentelle et qui va clairement briser des nuques !!!

L’album s’ouvre sur le titre The Bloody Victims dont l’intro du titre ressemble à un extrait de film d’horreur, et après plusieurs cris glacials d’une demoiselle en détresse, la musique commence. Bizarrement, dans ma tête, j’entends ma mère dire que cela n’a rien à voir avec de la musique ! Les rigolades mises à part, le trio n’est pas là pour rigoler: gros blast beats et double pédale qui tape aussi vite que le cœur d’un étudiant quand il loupe son bus un matin d’examen. Au milieu du titre, on retrouve quand même un petit passage de guitare beaucoup plus mélodieux que le reste, et est toutefois ponctué d’un mini solo.

Le deuxième titre Torn Of Veins, a une façon de commencer que j’adore. On dirait un énorme rouleau compresseur qui nous arrive droit dessus pour nous démolir. Ce titre est beaucoup plus technique que le précédent et beaucoup plus varié; ce qui fait que je le préfère au premier. J’adore le son très aigu qui jaillit tout au long du morceau. Le chanteur, Fahmy, a un growl plutôt intéressant car il est légèrement cassé et se marie à merveille avec les accords joués par son guitariste, Dhany.

Chez Immense, la batterie n’est pas en reste avec Bejo, derrière les fûts, qui nous pond un son très technique. On dirait bien qu’ils se sont passés le mot pour que chaque morceau soit plus brutal que le précédent, et ça se confirme avec Brutally Massacre Part 2, bien que je me demande toujours où est la première ! Le chant guttural n’étant plus assez violent, le chanteur passe carrément en “pig scream”, et par moment, il fait des sons qui me font penser au bruit d’un tapis mouillé qui se prend dans l’aspirateur… Oui, dit comme cela, ça ne semble pas terrible mais je vous assure que c’est super bon et rudement efficace !!

Arrivé au sixième titre, heureusement toujours pas assassiné par le son ravageur du groupe, je me penche sur Hellwinds Disaster. Tout dans la continuité de l’album, ce titre très extrême cache quelques pépites fantastiques au niveau composition des parties de batterie et de guitares. L’album se clôture avec Apparent Death : cris angoissants, batterie à fond, et en surprise, un petit solo de guitare super mélodique et rapide. Ensuite, on se retrouve de nouveau plongé en plein tempête. Il y a ici, au cœur du titre, des passages de claviers super sympas, si je ne m’abuse ; titre qui d’ailleurs, se termine de façon originale, comme si les piles des musiciens étaient à plat et faisait dérailler et s’arrêter la machine, un peu à la manière d’un vieux tourne disque. Ce titre est de loin mon préféré de ce très violent premier album, Torture Banished.

Je ne connais pas des centaines de groupes de ce style en particulier, mais si je devais comparer ou rapprocher Immense d’autres groupes, je dirais qu’il plairait aux fans de Incinerate, Septycal Gorge, Inherit Disease ou encore Putridity. Si vous aimez la sensation de se faire péter la gueule au sens figuré du terme, cet album est pour vous ! Et pour finir, je craque…

Ce groupe est IMMENSE, bordel !! Et ça fait du bien ! Je me retenais de vous le dire depuis le début.