Grande Fox
Empty Nest
Genre Stoner/Heavy Rock/Nu-Metal
Pays Grèce
Label autoproduction
Date de sortie 19/02/2021

Site Internet

Grande Fox a vu le jour en 2013 à Thessaloniki et a sorti un EP, un single et un album, Space Nest, en 2016. Le groupe est formé de Nikos Berzamanis au chant, Lefteris Zaoskoufis à la guitare, Dimitris Loukas à la batterie et George Chaikas à la basse. En tournée, ils engagent un deuxième guitariste. Après avoir joué aux quatre coins de l’Europe, ils vont avoir la chance d’ouvrir pour leurs compatriotes de Villagers of Ionnanina City lors de leur prochaine tournée européenne à Bucarest, en Roumanie.

Le groupe mélange les styles avec des sonorités typiques de la scène grunge de Seattle des années 90, un chant “rap metal” par moments, assez semblable à celui de Zack de La Rocha de Rage Against The Machine. Egalement au menu, des riffs de guitare stoner assez lents et un côté heavy rock également bien assumé.

Empty Nest comporte onze chansons originales pour une durée de 40 minutes. Ce qui marque, c’est la puissance des compositions, les solos de guitare et le côté groovy de la section rythmique (basse/batterie). Le chant est assurément moderne et passe par des variations d’émotions qui embarquent l’auditeur dans ce trip musical.

Ce disque fait du bien et est un bon mélange de genres, sans transcender la musique ni marquer l’Histoire. Une incompréhension me vient à l’esprit : le groupe se définit comme jouant du psychedelic heavy stoner rock, mais je ne retrouve pas grand-chose de psychédélique dans leur musique, sauf peut-être quelques riffs de guitare, mais ça n’est pas suffisant à mes yeux pour les définir tel quel.

Les textes sont corrosifs et pleins de haine avec, comme toile de fond, des sujets anti-racistes et anti-idéologistes.

Les morceaux que j’ai particulièrement aimés :

Rottenness of Youth : dès le départ, c’est hyper stoner avec ce gros fuzz typiquement californien (je pense à Fu Manchu). C’est particulièrement ici qu’on a un chant RATM agressif et libérateur !

Brutal Colors : assurément stoner-grunge ! Au niveau de la voix, nous sommes proches de celle de Marcus De Pascquale pour le refrain, avec un côté Ozzy bien assumé.

Manganite : petit concentré de rage qui fait du bien au cœur pour ce rap metal bien ficelé.

Birth of an Embryo : pour tout nostalgique du nu-metal des années 90.

Un album qui vaut la peine d’être écouté au moins une fois pour sa sincérité et sa rage.