Infinitas
Infernum
Genre Folk Metal
Pays Suisse
Label Autoproduction
Date de sortie 06/12/2019

Site Internet

Une histoire, une époque, un concept, de la cohérence et de la musique !

On accroche la ceinture de sa DeLorean et on y va : Infernum est le septième album d’Infinitas. Depuis le 11 Mars, vous avez accès à la nouvelle vidéo d’Utukki qui fait relativiser la Covid 19, au moins de notre côté de la planète. Ce dernier album fait partie de la trilogie Memoria. Je vous invite à vous plonger dans l’univers moyenâgeux de ce groupe qui définit son style comme Metal mélodique imprégné de fantaisie.

Le départ de la chanteuse Andrea Böll, 9 juillet 2020, et présente sur l’album annonce du changement dans le groupe. Mais parlons de musique : une batterie animée par Pirmin Betschart dit “Piri” qui gère toutes les percussions, la clarinette et chante, permet de donner un tempo résolument moderne, tous les membres du groupe sont multi-instrumentistes. Savannah Childers est au violon et Salvatore « Selv » Martone est à la guitare, ils jouent de concert comme deux solistes et nous happent dans un flow dynamique et mélodieux.

La voix passe de death à voix de tête et l’intervention de Chrigel Glanzmann chanteur d’Eluveitie apporte une profondeur au titre Tiamat. La technique instrumentale demande un travail d’orfèvre entre le jeu et le montage, cet album mérite au moins une écoute. Pour les amoureux de la batterie, je vous recommande :

Infernum est composé de 13 plages alternant chansons et intermèdes instrumentaux, parlés qui nous présentent « la bande sonore de l’enfer provoqué par les mauvais choix humains »… Avis aux explorateurs de l’espace-temps.