Nephren-Ka
From Agony to Transcendence
Genre Brutal Death Metal
Pays France
Label Dolorem Records
Date de sortie 25/06/2021

Site Internet

Bien qu’ils soient originaires de France, Nephren-Ka nous emmène loin, même très loin d’ici. C’est sur la planète Arrakis, plus connue sous le nom de Dune et à la recherche de l’Epice que les Français nous emmènent avec leur troisième album From Agony To Transcendence.

Tout d’abord, parlons de l’univers de Frank Herbert dont parle le groupe. Pour les plus anciens, nous nous souviendrons de l’excellent film de David Lynch, Dune (1984) avec Sting et plein d’autres bons acteurs. Dans un futur lointain en 10191, les êtres humains convoitent une sorte de drogue appelée l’Epice, qui a la capacité de prolonger la vie, développer les facultés mentales et aussi permet de voyager. Bien sûr cet Epice ne se trouve que sur une seule planète dans l’univers, qui est Arrakis ou Dune.

Dès lors, les neuf titres de From Agony To Transcendence vont vous dévoiler les luttes, complots et trahisons pour récupérer le trône du Lion d’or, histoire basée sur le livre Les enfants de Dune. C’est dans un Brutal Death Metal très inspiré de Hate Eternal et de Morbid Angel que le quatuor français évolue !

Donc autant vous dire que dès que vous appuyez sur le bouton play, c’est une grosse claque qui vous attend d’entrée avec le premier titre L’Abomination. C’est tout ce que l’on aime ! Un bon gros blast beat avec une inondation de double grosse caisse avec des riffs de guitare super rapides et très dissonants, justement comme dans Hate Eternal. Avec Levenbrech Sardaukar, je dirais que ce sont les deux titres les plus brutaux de l’album qui ne nous lâchent pas une seconde.

Mais comme je disais, il y a aussi de l’influence Morbid Angel et cela se ressent sur des morceaux comme Corioli Storm ou L’Agonie de L’Epice, qui possèdent des riffs par moments plus lents et plus lourds, mais soutenus par du tapis de double. Pour le deuxième morceau cité, il y a une coupure nette qui laisse place à une petite musique classique qui ressemble a celle d’un film.

En plus de faire des solos de guitare impressionnants, Sébastien Briat fait des back vocals très criards pour accompagner la voix gutturale puissante de Sylvain Bayle. Cela donne lieu à des doublages de voix qui ajoutent un sacré punch à leur musique. Bien que le chant soit en français, cela ne dérange pas ceux qui sont un peu réticents à la langue de Molière dans le Metal. Du côté son, le groupe a aussi fait un travail très soigné qui nous permet de bien distinguer tous les riffs et instrument joués.

En résumé, cet album est une véritable tuerie et en tant que fan de Hate Eternal, je verrais bien Nephren-Ka faire son prochain album avec Erik Rutan ! En attendant, From Agony To Transcendence doit faire partie de votre collection de disques si vous êtes un amateur de ce style.

Nephren-Ka – “L’Abomination” (OFFICIAL LYRIC VIDEO) – YouTube