Bonjour Juan, merci de nous accorder un peu de votre temps pour cette interview. Peux-tu nous dire comment No Raza s’est formé ?

NO RAZA est un groupe de Death Metal formé en 1997 en Colombie, en Amérique du Sud. J’ai d’abord rencontré Jairo, notre batteur, et nous avons tous les deux eu l’idée de monter un groupe, mais à l’époque, c’était difficile car les instruments étaient chers et nous n’avions aucun endroit pour répéter, alors mon père nous laissait jouer dans l’appartement où nous vivions. Après cela, nous avons eu notre premier guitariste et un nouveau bassiste aussi, ils ne sont plus avec nous mais c’est ainsi que tout a commencé.

A-t-il été facile de se lancer dans ce business en Colombie en 1997 ?

Non, ce n’était pas facile du tout, surtout pour le genre de musique que nous jouions, en Amérique Latine à l’époque, des choses comme le hip-hop, la pop et d’autres genres étaient très populaires, donc la communauté Metal était petite mais forte, c’était difficile de réserver des concerts ou d’enregistrer un album, le chemin a été assez difficile.

Tu es d’origine colombienne et tu es parti vivre aux Etats-Unis, comment as-tu fait cette transition et comment la vis-tu ?

Eh bien, j’ai fait ce changement parce que ma mère vit ici et je voulais essayer quelque chose de différent d’un endroit différent, notre bassiste est maintenant des États-Unis, donc il est plus facile de se réunir et aussi il est plus facile pour moi de travailler à la maison ici et de partir en tournée avec le groupe, un endroit idéal pour faire de nouveaux contacts et pour apprendre l’anglais bien sûr.

Était-il plus facile pour vous musicalement de vous trouver dans ce nouveau pays ?

Oui, c’était définitivement plus facile parce que nous écrivons la plupart de notre travail en anglais maintenant et comme je l’ai dit avant, les contacts, la famille et les amis sont aussi plus proches.

Quel est le thème de votre dernier album Transcending Material Sins ?

Le thème de l’album a beaucoup à voir avec la façon dont nous traitons notre mère la Terre et la façon dont nous nous comportons les uns avec les autres, l’ambition de certaines personnes qui feront tout ce qu’il faut pour obtenir le pouvoir, même si cela les amène à détruire notre maison, nos familles, et même l’humanité toute entière.

Comment avez-vous composé la musique de l’album ?

La musique a été principalement écrite par moi, mais nous avons tous les quatre toujours mis quelque chose dans notre travail, en particulier pour cet album, tout le monde a collaboré beaucoup plus pour en faire un chef-d’œuvre.

As-tu écrit les paroles ?

La plupart des paroles ont été écrites par moi.

As-tu une chanson préférée ou moins préférée sur cet album, si oui laquelle et pourquoi ?

Oui, ma chanson préférée est “Ancient Wars“, parce que pour moi c’est la chanson qui montre parfaitement ce que NO RAZA a toujours voulu être, le niveau de maturité musicale que nous avons depuis le début est incroyable, cette chanson est parfaitement mixée et masterisée, c’est le son incroyable de nous 4 en un et le travail extrêmement professionnel de tous ceux qui y sont impliqués.

Comment votre public a-t-il réagi à la sortie de ce dernier album ?

Eh bien, nous avons eu la chance de le sortir dans notre ville natale de Medellin, en Colombie, juste avant la pandémie, nous n’avons fait qu’un seul concert mais tout le monde l’a aimé, c’est notre meilleur album jusqu’à présent et même si nous n’avons pas eu la chance de le jouer en live… nos fans ont donné une réponse impressionnante à l’album, en nous soutenant, en l’achetant à distance dans des endroits auxquels nous n’aurions jamais pensé, donc je dirai que les gens l’ont pris avec passion et beaucoup d’amour.

Quels bons ou mauvais souvenirs gardez-vous de toutes ces années de carrière ?

Hahaha, j’aime garder les bons et les drôles, mais il y a une situation spéciale qui était tout cela à la fois (mauvais, bon et drôle)….. Nous avons fait une tournée au Royaume-Uni pour le 20ème anniversaire de NO RAZA et nous avons eu le plaisir de jouer au Mammothfest, ce qui était génial, mais la première fois que nous y sommes allés, nous sommes arrivés à l’aéroport en sortant de l’avion et aucune de nos valises n’est arrivée, nous avons attendu et rien, les costumes que nous utilisons sur scène, certains de nos instruments, alors nous étions genre : merde, on fait quoi maintenant? Nous étions sur un autre continent, la première fois, de toute façon ils nous ont dit que nous aurions nos affaires dès que possible et c’était environ 4 jours plus tard …… Hahahahaha nous avons dû jouer quelques concerts avec des jeans et des chemises, nous ne sentions pas très bon, nous avons emprunté quelques trucs pour nos instruments mais ça s’est avéré être une explosion, nous avons rencontré des gens géniaux et nous nous sommes fait beaucoup de fans et d’amis.

Comment vivez-vous la situation actuelle ?

Wow, la situation actuelle pour nous tous, musiciens et tous ceux qui travaillent dans l’industrie, je pense qu’elle est terrible, elle nous a frappé durement et le fera probablement pendant un certain temps, mais le bon côté de la chose est que la scène Metal est une grande fraternité et nous allons rester ensemble et être sûrs que lorsque tout cela sera terminé, il y aura plus de soutien et d’appréciation pour la musique live et le sentiment que rien d’autre ne nous donne, soyons réalistes ! Il n’y a rien de tel que la musique live !

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Mes projets pour l’avenir sont de continuer à grandir en tant que personnes, en tant que groupe, en tant que musiciens et, je l’espère, de faire une tournée dans tous les coins de notre belle planète avec la seul chose qui nous unit tous : la musique.

Enfin, y a-t-il quelque chose que vous aimeriez dire à nos lecteurs ?

Aux lecteurs et aux amateurs de Metal, continuez à croire en vous, en votre opinion, en votre musique, pas de problème.