La veille de la sortie de leur troisième album Occult New Age, j’ai eu la chance de pouvoir chatter avec Jake Linsley, bassiste de la formation américaine de Heavy Metal Psychédélique/Space Metal Book Of Wyrms. La chanteuse du groupe Sarah Linsley, qui est également la femme de Jake, s’est joint à la conversation et ils ont répondu ensemble à mes questions.

Pour commencer, merci pour votre temps et de m’accorder cette entrevue. Votre nouvel album Occult New Age sort demain, comment vous vous sentez ?

Je suis très excité en fait ! C’est notre grand événement, surtout qu’en ces temps de pandémie, on va se le dire, il ne se passe pas grand chose d’autre pour nous ! Donc cette sortie prend encore plus d’importance dans nos esprits ! Nous sommes très fiers de ce disque et de l’accueil positif du public jusqu’à présent.

Comparé aux deux albums précédents, comment décrirais-tu le son et l’évolution d’ONA ?

Notre premier disque était fidèle au son du Doom tandis que le second était plus un mélange d’autres genres que nous aimons tous. Occult New Age est un autre pas dans la direction musicale de ce qui nous fait vibrer ! Il y a des parties calmes et d’autres rapides, et une plus grande influence de Rock Psychédélique et de Space Rock. Il y a également des influences Blues et Soul. Je dirais que nous avons sacrifié un peu de lourdeur pour un album plus versatile et ambitieux. Et je l’espère une expérience plus épique pour l’auditeur.

Sarah, j’adore ta voix : elle ne prend pas trop de place et c’est, pour moi, le genre de chant qui colle parfaitement avec le style de musique que vous jouez. Quelles sont tes influences et inspirations musicales ?

Salut Edouard ! Quand j’étais au lycée, j’étais fan de Portishead et de Cranberries (surtout “Zombie”), Aretha Franklin et Grace Slick. Mon groupe préféré depuis mes 19 ans est Steely Dan. J’aime beaucoup les périodes Ozzy et Dio de Black Sabbath, mais aussi la brève époque avec Glenn Hughes. Je trouve que Billl Withers est formidable lui aussi. La liste est longue mais merci de demander !

Jay : On aime comment la voix s’installe dans le mix, on dirait qu’elle est séparée du reste de la musique.

J’ai lu que c’était votre premier album en formule quatuor. Vous étiez cinq sur les deux premiers albums ?

Exactement. Sur les deux premiers albums on avait comme deuxième guitariste Ben Coudriet en plus de Kyle Lewis. Ben a quitté l’aventure parce qu’il n’aimait pas partir en tournée. On aime le son que nous avons tous les quatre donc l’embauche d’un nouveau guitariste n’était pas à l’ordre du jour. Cela nous a forcé à plus nous concentrer sur l’écriture et un peu moins sur les solos de guitare. Cela permet aussi à d’autres sonorités d’éclore. Encore une fois, c’est une des raisons pour laquelle le disque n’est pas aussi lourd que d’habitude, mais il y a plus de place pour tout le reste.

Comment s’est déroulé le processus d’enregistrement pendant ces temps de pandémie ? Est-ce que c’était un défi pour vous ?

C’était à la fois un défi et une opportunité. Cela éliminait le besoin de devoir répéter pour les concerts, ce qui nous a permis de nous concentrer à temps plein sur les nouvelles compositions. Les répétitions étaient difficiles parce que nous devions porter des masques et c’est vraiment compliqué de communiquer et d’avoir une vraie chimie ensemble dans ce cas ci. La communication non-verbale a beaucoup d’importance quand on joue. En plus de ça, Sarah devait chanter avec un masque ce qui est très désagréable et complexe. Mais ce qui était bien c’est qu’on avait du temps pour jouer les nouvelles compositions uniquement et ne pas devoir créer de setlists pour des concerts car il n’y en a tout simplement pas de prévu ! Le studio était un challenge différent : c’était vraiment bizarre de se trouver dans la même pièce mais en respectant les distances. On ne pouvait même pas prendre de photos ensemble ou tout simplement manger ou boire ensemble et sortir car c’est habituellement ce que l’on fait pendant une session d’enregistrement “normale”. Au final, ça ressemblait plus à du business : on enregistrait puis on rentrait chacun chez soi pour éviter d’être trop en contact. Notre ami Lj Rafalko a enregistré ses parties d’orgue à distance pour le morceau Speedball Sorcerer, chose que nous n’avions jamais faite auparavant !

Est ce que vous suivez la scène Doom et Stoner actuelle ? Quels sont vos groupes fétiches ?

Oui, nous suivons énormément la scène actuelle. On supporte beaucoup d’amis qui jouent dans des groupes et il y a beaucoup de talents ! Jakethehawk et Howling Giant ont sorti d’excellents albums récemment et Heavy Temple va en sortir un bon très prochainement. J’aime beaucoup la musique adjacente au Doom. On supporte beaucoup d’amis qui font ce que tu peux appeler du Heavy Psychédélique ou du Space Rock comme Vvlva, Holy Monitor et Kikagaku Moyo.

Votre premier album intitulé Sci-Fi/Fantasy a reçu un excellent accueil et de très bonnes critiques. Le disque a été nommé comme étant un des meilleurs premiers disques d’artistes sur le site populaire Doomcharts. Comment avez vous réagi suite à ça ?

C’était génial pour plusieurs choses, car cela nous a donné beaucoup d’opportunités et d’attention, choses pour lesquelles on est heureux et reconnaissants. Le seul point négatif à tout ça c’est que quand tu sors ton premier album et que tout le monde te dit que c’est génial, tu peux penser que c’est normal et te reposer sur tes lauriers. Tu dois toujours te pousser pour faire les choses de mieux en mieux et te surpasser. Car il faut se démarquer et il y a une tonne d’artistes qui sont talentueux et qui méritent la reconnaissance.

Quelles sont les chansons de l’album dont vous êtes les plus fiers ?

Je suis vraiment fier d’Hollergoblin, je pense que tous les membres du groupe ont travaillé fort sur ce morceau et les chœurs sont vraiment classiques ! Je suis également très fier de Colossal Yield qui a été écrite par Kyle et que je trouve qu’elle torche des culs ! Elle est super cool à jouer en plus !

Un grand merci à tous les deux pour le temps accordé lors de cette entrevue. J’espère que votre album aura le succès qu’il mérite car moi j’ai vraiment adoré ! Le côté rétro années 70 est super agréable ! J’espère que j’aurais l’occasion d’aller vous voir lors d’un éventuel passage à Québec !

Un grand merci à toi de la part de tout le groupe, pour le support et ton aide ! Et je suis vraiment content que tu aies apprécié le disque !